Accueil / Actualités / Le français Engie se retire en partie de Touat-Gaz Algérie

Le français Engie se retire en partie de Touat-Gaz Algérie

Le groupe français Engie est entré en négociation exclusive pour la vente de sa participation de 70% dans Exploration & Production International (EPI) du projet Touat-Gaz Algérie, annonce un communiqué de la compagnie. «Le groupe a reçu une offre ferme et irrévocable de Neptune Energy pour la vente de sa participation de 70% dans l’entité Exploration & Production International», précise le communiqué. La transaction envisagée représenterait une valeur totale de 4,7 milliards d’euros (à 100%, incluant 1,1 milliard d’euros de provisions de démantèlement déconsolidées du bilan d’Engie), ajoute la même source.

Neptune Energy, qui ambitionne de reprendre les parts d’Engie dans le projet Touat-Gaz, est une entreprise basée au Royaume-Uni, soutenue par des fonds conseillés par The Carlyle Group, par CVC Capital Partners et par un fonds souverain dont l’activité consiste à investir dans des activités amont de pétrole et gaz.

La transaction proposée devrait se traduire par une réduction de 2,4 milliards d’euros de la dette financière nette consolidée d’Engie lors de la clôture de l’opération (attendue au premier trimestre 2018) hors provisions. «Dans le cadre de la transaction envisagée, Engie conserverait une participation de 30% dans le projet gaz de Touat en Algérie, actuellement en phase de développement. Engie reste un acteur majeur du gaz en Algérie via ses activités GNL et son expérience dans le pays est considérée comme clé pour l’aboutissement du projet Touat. Dans le cadre du projet de transaction, Engie sera également fournisseur de prêts aux acheteurs», ajoute le communiqué, qui annonce, par ailleurs, que cette transaction devrait être finalisée au premier trimestre 2018.

Le groupe français Engie a décidé de se retirer en partie du projet Touat-Gaz parce qu’il croule sous les dettes. Avant Engie, un autre groupe français, Technip, avait rencontré des difficultés financières et occasionné un manque à gagner important à l’Algérie. En juin 2015, Sonatrach a résilié le contrat de Technip portant sur la rénovation de la raffinerie d’Alger et a lancé une procédure d’arbitrage contre l’entreprise française pour réclamer des pénalités de retard.

La transaction entre Engie et Neptune Energy est-elle conforme au droit de préemption que confère la loi algérienne à la compagnie publique Sonatrach en pareille circonstance ?

Source : AP

À propos LC

Voir également

L’Algérie alerte la Tunisie sur un trafic d’armes en provenance de Libye

Les autorités algériennes ont mis en garde les services de sécurité tunisiens de l’existence d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *