Accueil / Actualités / La Chine ripostera si les USA frappent la Corée du Nord en premier

La Chine ripostera si les USA frappent la Corée du Nord en premier

Au moins, le message est clair. Selon le très officiel « Global Times », la Chine défendrait le régime de Kim Jong-un si Washington venait à déclencher une guerre. Elle resterait neutre si c’est Pyongyang qui attaque en premier. Pendant ce temps, la « guerre des mots » continue.

Enfin, serait-on tenté dire. Depuis une semaine, Trump s’égosille pour que la Chine s’interpose dans la guerre psychologique avec la Corée du Nord. C’est chose faite, mais pas dans le sens rêvé par le président américain. « Si la Corée du Nord lance des missiles qui menacent le sol américain et que les États-Unis ripostent, la Chine restera neutre », a lancé le Global Times dans un éditorial. Mais, ajoute le journal officiel du Parti, « si les États-Unis et la Corée du Sud effectuent des frappes et essayent de renverser le régime nord-coréen, la Chine les empêchera de le faire ». Bien sûr, la Chine a voté pour les sanctions onusiennes contre la Corée du Nord le samedi 5 août. Le Global Timesréaffirme également son opposition à « la prolifération nucléaire et à la guerre dans la péninsule coréenne ». Mais attention, pas touche aux intérêts vitaux des Chinois. Aux yeux de Pékin, tout vaut mieux qu’un effondrement du régime de Kim Jong-un, qui provoquerait d’abord une arrivée massive de réfugiés dans le Nord-Est chinois, et serait suivie d’une réunification de la péninsule sous la houlette du Sud, soutenue militairement par les Américains. Ce serait laisser Washington étendre son influence jusqu’à la frontière chinoise. Inacceptable. En définitive, la Corée du Nord, État tampon indispensable, sert les intérêts stratégiques de Pékin, souligne le South China Morning Post. C’est pourquoi la Chine milite pour le maintien du statu quo dans la péninsule coréenne.

L’éditorialiste du Global Times ne se fait aucune illusion sur la situation actuelle. Le dialogue pacifique entre Washington et Pyongyang n’est « pas à l’ordre du jour ». Le régime de Kim Jong-un maintient son plan d’attaque sur Guam. Quant aux Américains, ils ont préparé des bombardiers pour de potentielles frappes préventives sur les sites d’armement nord-coréens, constate le quotidien chinois. Même si aucun des deux ennemis ne veut d’une guerre, le Global Times veut ainsi indiquer clairement la ligne suivie par Pékin en cas de déclenchement d’un conflit armé.

En parallèle, la guerre des mots se poursuit. A Washington, Trump n’a pas l’intention de faire profil bas. Le milliardaire a certes suscité un tollé national et à l’étranger après ses propos sur le « feu et la colère » promis à à la Corée du Nord. Mais ce n’est pas ce qui l’occupe. « Peut-être que ce n’était pas assez ferme », a-t-il renchéri ce jeudi 10 août, toujours depuis son Club de golf dans le New Jersey. Jusqu’où faut-il aller ? Le locataire de la Maison-Blanche ne donne pas de précision sur ses plans. Et fait même monter le suspense : « Vous verrez, vous verrez », a-t-il fait miroiter aux journalistes. Pour lui, la situation a trop duré, et puisque aucun de ses prédécesseurs n’a réussi à trouver une solution en négociant, il préfère utiliser la méthode forte. « Quelqu’un doit bien le faire », défend-il. Et de réitérer ses menaces de destruction de la Corée du Nord en cas d’attaque sur Guam.

Furieux, 60 élus démocrates au Congrès ont adressé une lettre au secrétaire d’État Rex Tillerson, lui demandant de modérer le président américain. « Ces déclarations sont irresponsables et dangereuses, et sont une bénédiction pour la propagande de la Corée du Nord qui cherche depuis longtemps à présenter les États-Unis comme une menace pour son peuple », s’indigne la lettre citée par le New York Times. L’ancien président Jimmy Carter, qui s’est rendu trois fois à Pyongyang à titre privé, s’est invité dans le débat : « En plus d’éviter la rhétorique belliqueuse, nos dirigeants doivent encourager le dialogue entre la Corée du Nord et les autres pays, notamment la Chine et la Riussie. » Mais comme le rappelle le secrétaire de la Défense Jim Mattis, « le peuple américain a élu le président » : il n’est donc soumis à aucune censure et peut s’exprimer comme il l’entend.

Quelle issue à cette insidieuse escalade verbale entre Washington et Pyongyang ? Le Korea Heraldévoque dans un éditorial une solution qui attire de plus en plus la classe politique à Séoul : nucléariser Corée du Sud afin de de contrebalancer l’arsenal du Nord. Cette solution reste encore peu envisageable eu égard au principe de non-prolifération. Mais, propose l’éditorial, il reste possible de demander à Washington de nucléariser ses forces déployées dans le sud de la péninsule coréenne. Cela permettrait d’équilibrer le rapport de forces entre le Nord et le Sud. Et d’assurer en somme « un équilibre de la terreur », selon la veille expression de la guerre froide

Juliette Parjadis

 

À propos LC

Voir également

L’Algérie alerte la Tunisie sur un trafic d’armes en provenance de Libye

Les autorités algériennes ont mis en garde les services de sécurité tunisiens de l’existence d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *