Accueil / Actualités / Philippines : des musulmans protègent des chrétiens attaqués par Daesh en fuyant Marawi (VIDEO)

Philippines : des musulmans protègent des chrétiens attaqués par Daesh en fuyant Marawi (VIDEO)

Des combats acharnés entre les forces gouvernementales et des militants djihadistes ont débordé dans les rues de la ville de Marawi, aux Philippines. Au milieu des combats, les habitants de religions différentes s’entraident au péril de leur vie.

Plus de 160 personnes, dont près de 50 enfants, ont été secourues à Marawi le 3 juin, selon les déclarations de l’armée. La ville est devenue un point clé dans l’offensive en cours contre les terroristes affiliés à l’Etat islamique dans l’archipel des Philippines.

Selon l’agence Reuters, au moins 20 civils et 38 militaires sont morts le 3 juin, ainsi que 120 terroristes.

Dans cette partie des Philippines, des milliers de civils sont menacés par les combats. Des évacuations de masse sont actuellement en cours dans des zones telles que la ville de Marawi, comme rapporté par la correspondante de RT Charlotte Dubenskij, présente sur place.

Le 3 juin, à la suite de l’annonce d’un cessez-le-feu qui avait pour but d’évacuer les civils, des avions de chasse ont bombardé le centre-ville.

«Nous avons très peur, parfois des hélicoptères nous tirent dessus, et les djihadistes aussi peuvent nous tuer à chaque instant», a déclaré un résident à la correspondante de RT.

Un écrivain musulman sauve des dizaines de chrétiens au péril de sa vie

Parmi ceux qui ont réussi à s’échapper, durant ces derniers jours, un écrivain musulman et ancien politicien, Noor Lucman. L’homme, qui a étudié en Arabie saoudite, a raconté à Charlotte Dubenskij comment il avait réussi à tromper les terroristes de Daesh qui frappaient à sa porte alors qu’il cachait chez lui des dizaines de chrétiens.

Certains ouvriers chrétiens ont effectué des travaux de réparation dans la région la veille du début des combats, a-t-il déclaré. Ces personnes «ne pouvaient pas quitter la ville, alors j’ai dû prendre la responsabilité de les protéger», a-t-il confié à RT.

Je me suis dit que si je ne les sortais pas de là, ils mourraient de faim et que nous devions tout faire pour sortir de là

«Les jours suivants, d’autres ouvriers chrétiens se sont réfugiés dans ma maison. Ils étaient 64 en tout et j’étais déterminé à ce qu’il ne leur arrive rien», a déclaré l’homme, ajoutant que les terroristes de Daesh auraient dû «passer sur son cadavre» pour trouver les personnes réfugiées.

«Quand les militants de Daesh sont venus, ils m’ont reconnu et ont fait preuve de respect lorsque je leur ai demandé de partir», a-t-il poursuivi. «Ils ne savaient pas que je cachais des chrétiens. S’ils avaient su qu’il y avait des chrétiens dans ma maison, ils les auraient tous décapités et exécutés».

Alors que les affrontements entre les djihadistes et l’armée – qui a reconnu que la bataille était beaucoup plus difficile que prévu – s’intensifiaient à Marawi, Noor Lucman a pris l’initiative de protéger les chrétiens et de les faire sortir de la zone.

Lorsqu’il a appris que l’armée philippine prévoyait de bombarder toute la ville si Daesh ne se pliait pas aux exigences du gouvernement et voyant qu’ils étaient affamés et affaiblis, Noor Lucman a décidé de les aider à fuir.

«Je me suis dit que si je ne les sortais pas de là, ils mourraient de faim et que nous devions tout faire pour sortir de là. Il y avait beaucoup de troupes d’élite sur la route. Je me suis dit qu’avec un peu de chance, ils ne nous demanderaient pas si nous étions musulmans ou chrétiens», a déclaré l’intéressé. Il a ajouté que les militants de Daesh, eux, demandaient aux personnes rencontrées de réciter des versets du Coran. Si elles en étaient incapables, elles étaient tuées.

Plus de 2 000 civils restent piégés dans la ville du sud des Philippines, assiégés par quelque 250 combattants islamistes affiliés à Daesh, selon Reuters.

Source RT

À propos LC

Voir également

L’Algérie alerte la Tunisie sur un trafic d’armes en provenance de Libye

Les autorités algériennes ont mis en garde les services de sécurité tunisiens de l’existence d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *