Accueil / Actualités / L’Arabie Saoudite administre le Choléra au Yémen, 300 000 cas et des milliers de morts

L’Arabie Saoudite administre le Choléra au Yémen, 300 000 cas et des milliers de morts

L’épidémie de choléra, qui sévit au Yémen depuis fin avril, a fait plus de 300.000 cas, tuant plus de 1.600 personnes dans ce pays en guerre, a annoncé lundi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

« L’épidémie de choléra au Yémen continue de progresser de façon incontrôlée », a ajouté le CICR dans le même tweet.

L’épidémie de choléra, qui sévit au Yémen depuis fin avril, a fait 242 morts et le nombre de cas suspects a doublé en cinq jours passant de 11.000 à 23.425 cas suspects, a indiqué vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui craint jusqu’à 250.000 cas d’ici six mois dans ce pays en guerre.

Jeudi, 3.460 cas suspects ont été recensés et 20 décès ont été imputés au choléra, où environ deux tiers de la population souffrent de la faim, selon l’ONU.

L’épidémie de choléra, qui sévit au Yémen depuis fin avril, a fait 242 morts et le nombre de cas suspects a doublé en cinq jours passant de 11.000 à 23.425 cas suspects, a indiqué vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui craint jusqu’à 250.000 cas d’ici six mois dans ce pays en guerre.

Jeudi, 3.460 cas suspects ont été recensés et 20 décès ont été imputés au choléra, où environ deux tiers de la population souffrent de la faim, selon l’ONU.

« La vitesse de recrudescence de cette épidémie de choléra est sans précédent », avait déclaré il ya quelques semaines l’OMS.

Médecins sans frontières estime que « sans réponse urgente appropriée, l’épidémie risque de devenir incontrôlable. » Selon les informations recueillies par l’organisation internationale, l’épidémie touche 18 des 22 gouvernorats du pays. « L’épidémie actuelle et sa progression rapide sont extrêmement préoccupantes, dans un contexte où les capacités médicales des acteurs locaux sont limitées. […] Outre le traitement des patients qui parviennent jusqu’aux structures médicales, il faut aussi s’attaquer aux sources de contamination, à travers des actions d’assainissement, de traitement des points d’eau et des activités de prévention », avait expliqué fin mai Ghassan Abou Chaar, chef de mission MSF au Yémen, dans un communiqué.

Source Huffpost

À propos LC

Voir également

Une télévision israélienne montre des images d’un camp d’entraînement de l’Etat islamique à la frontière israélienne

Il semble qu’Israël tente de combler une lacune que nous avions soulevée à maintes reprises. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *