Accueil / Science / Santé / Tétraplégique, il retrouve l’usage de ses bras grâce à des cellules souches

Tétraplégique, il retrouve l’usage de ses bras grâce à des cellules souches

Un essai clinique testant des cellules souches a permis à un jeune américain tétraplégique de retrouver l’usage de ses bras et de ses mains. Un petit exploit médical.

Depuis son grave accident de la route en mars 2016, Kris Boesen était tétraplégique, paralysé du cou jusqu’aux pieds. Mais quelques mois plus tard seulement, ce jeune américain de 21 ans a déjà récupéré de la mobilité dans les bras. Un petit exploit médical dû au traitement expérimental qu’il a reçu à l’hôpital Keck de l’Université de Californie du Sud (UCS). Quelques semaines seulement après son accident, le jeune homme a intégré le programme du Pr Charles Liu, directeur du centre de Neurorestauration de l’hôpital pour y subir une opération un peu particulière. Celle-ci a consisté en l’injection massive de cellules souches directement au niveau de la lésion de la moelle épinière. Ce type de cellule constitue une piste très prometteuse en médecine régénératrice car elles sont programmées pour se multiplier indéfiniment et se spécialiser en toutes sortes de tissus. Elles sont toutefois à manier avec précaution.

 

Le Pr Charles Liu indique la lésion de la moelle épinière de Kris Boesen. C’est là qu’on été injectées les cellules souches (©Ricardo Carrasco III/Keck Hospital of USC)

Dès le mois d’avril, Kris Boesen a donc reçu 10 millions de cellules dites progénitrices d’oligodendrocytes (AST-OPC1) directement dans la moelle épinière cervicale. Un type de cellules cultivées en laboratoire à partir de cellules souches embryonnaires. L’opération a été réalisée dans le cadre d’un essai clinique de phase 1, destiné à évaluer la sécurité de ce type précis de cellules. Deux semaines seulement après l’intervention, Kris Boesen a montré des signes d’amélioration. Trois mois plus tard, il était capable de se nourrir tout seul, téléphoner, écrire son nom, manœuvrer un fauteuil roulant électrique… Des résultats incroyables qui doivent toutefois être relativisés car il s’agit encore d’un cas isolé. Les progrès faits dans la rééducation peuvent aussi être imputés au fait que la lésion était très récente. Or c’est généralement dans les premiers mois suivant un tel accident que des améliorations peuvent être constatées. Toutefois, dans le cas d’une lésion de la moelle épinière, les progrès restent la plupart du temps limités.

« Habituellement, les patients souffrant d’une lésion de la moelle épinière subissent une opération chirurgicale qui stabilise l’atteinte de la colonne, mais elle ne permet que très peu d’amélioration des fonctions motrices et sensorielles, précise le Pr Liu. Avec cet essai, nous testons une procédure qui pourrait améliorer la fonction neurologique, ce qui pourrait faire la différence entre être paralysé de façon permanente et être capable d’utiliser ses bras et ses mains. » De quoi améliorer de façon significative le quotidien de personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière.

Source : Science et avenir

À propos LC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *