Accueil / Technologie / Transmission de données : Google refuse de coopérer avec l’Algérie

Transmission de données : Google refuse de coopérer avec l’Algérie

L’entreprise Google a refusé de livrer des informations au gouvernement algérien, rapportent plusieurs sources médiatiques. Google publie, depuis 2011, un rapport sur le nombre de requêtes d’informations émanant des différents gouvernements.

Dans son dernier document, publié mercredi 12 octobre, le géant de l’Internet signale une forte hausse des demandes gouvernementales, établissant un record depuis la création du rapport de « Transparence ».

Parmi les pays ayant formulé des requêtes pour la première fois de leur histoire, l’Algérie (et d’autres) s’est vu refuser l’accès aux informations demandées. En effet, Google se réserve le droit de répondre défavorablement : l’entreprise dit veiller à la protection des données de ses utilisateurs et ne transmet ces informations que lorsque les gouvernements respectent les lois, par exemple en fournissant des « mandats de perquisition ».

La nature des requêtes varie d’un pays à l’autre et touche différents services de Google (Google Play, Gmail, Youtube…). Nombre de ces requêtes sont en rapport avec des affaires de diffamation, de violations des droits d’auteur ou de vie privée, indique le rapport.

Le premier gouvernement demandeur n’est autre que celui des États-Unis avec plus de 14 000 requêtes, suivi par l’Allemagne (8 700) et la France (4 300). Le Maroc figure parmi les pays auxquels Google a transmis des informations (2 cas).

Source : TSA

À propos LC

Voir également

L’ombre du MAK : les élections législatives perturbées à Béjaïa, Bouira et Tizi Ouzou

Deux centres de vote ont été saccagés jeudi dans la commune de Saharidj (est de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *